Swaptale

ven, 14/06/2019 - 18:40 -- Let's Play

J’ai été séduite par son léger accent anglais. Nous avions commencé à parler jeux 15 jours plus tôt, mais séparées trop vite, nous avions échangé nos numéros et promis de nous retrouver dans le train. C’est chose faite. Toutes les deux nous aimons les jeux et nous avons entrerpris de nouvelles études sur le tard. Moi en Sciences et techniques du jeu, elle comme Auxiliaire de l’enfance. Enfant, quand elle disait : « I kill you » aux échecs, son papa la réprimandait. Il y avait des convenances à respecter.

Nous ne parvenons pas à résoudre le casse-tête du puzzle, mais nous sommes trop fatiguées pour nous concentrer.

A notre troisième rencontre,nous parlons jeux vidéo. Nous préférons le contact de visu et la manipulation en 3 D, mais il est vrai que nous n’y connaissons pas grand-chose…

A notre quatrième renconte, je lui propose le jeu vidéo Léon ! Nous essayons à deux la version anglaise. Je me délecte en l’écoutant me lire l'histoire. Le but du jeu est de modifier la trame en déplaçant les mots d’une même classe grammaticale. Je m'étais émerveillée devant « interdit » (dans le sens de « non autorisé » et « très surpris »); elle fait de même devant la polysémie de « shatered » (« explosé » et « épuisé ») qui qualifie la télé puis la babysitter, modifiant ainsi  le scénario et les illustrations.

- Des jeux vidéos comme ça, c’est super ! Si je n’étais pas si fatiguée, je t’accompagnerais jusque Tournai.

Galerie: